Sécurité sociale étudiante rentrée 2018

Fini la Sécurité sociale étudiante, place à une "contribution" de 90 euros

Delphine Dauvergne

Publié le 

http://www.letudiant.fr

secu-rentree 2018_0.jpg

La Sécurité sociale étudiante est supprimée mais une "contribution" vous sera demandée.

// © plainpicture/Sibylle Pietrek

Plus de Sécurité sociale étudiante à payer à partir de la rentrée 2018, mais une contribution, dont le montant a été fixé à 90 € pour "favoriser l'accueil et l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des étudiants". Deux mesures du plan Étudiants qui vont vous permettre de faire une petite économie.

Grande nouveauté de la rentrée 2018–2019 pour votre budget : si vous commencez votre première année d'études après le bac, vous n’aurez plus à débourser 217 € pour la cotisation annuelle de la Sécurité sociale étudiante.

Suppression de la Sécurité sociale étudiante

Les nouveaux étudiants seront rattachés au régime général de la Sécurité sociale, tandis que ceux qui étaient déjà dans l’enseignement supérieur l’année précédente (en 2017–2018) devront encore rester une année au régime étudiant.

Avec cette nouvelle mesure, vous pourrez rester affilié au régime de Sécurité sociale de vos parents, sans démarche supplémentaire à accomplir à la rentrée. Les mutuelles étudiantes ne disparaîtront pas pour autant du paysage, puisqu’elles continueront à proposer des offres de complémentaire santé, ainsi que des actions de prévention sur les campus.

Lire aussi : Sécurité sociale et complémentaire santé : tout savoir sur les mutuelles étudiantes

Une nouvelle contribution à payer

Si vous pouvez vous féliciter de ne plus avoir à débourser plus de 200 € par an, il faut savoir que vous aurez néanmoins une nouvelle obligation à la rentrée 2018 : vous devrez verser une contribution annuelle de 90 €. Le montant, d’abord annoncé comme variable selon le niveau d’études, sera fixe.

Les boursiers du CROUS en seront exonérés. De même que les étudiants bénéficiant du statut de réfugié, de la protection subsidiaire ou encore ceux qui sont enregistrés comme demandeur d’asile.

Selon le projet de loi relatif à l'orientation et à la réussite des étudiants, l'argent récolté avec cette contribution sera destiné à "favoriser l'accueil et l’accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif des étudiants". La contribution servira également à "conforter les actions de prévention et d’éducation à la santé réalisées à leur intention".